28/09/2020

Couscous veggie (vegan, sans gluten, automne)

A ma manière et pour faire honneur aux délicieux produits de la marque alsacienne Alélor, voici une recette de couscous en mode végétal : ça marche et c'est très bon aussi !

Le mélange des pois chiches et de la semoule permettent un apport de protéines végétales complet.

Le choix des légumes m'a été dicté par ce que j'avais dans mon stock, c'est-à-dire plus grand chose le mercredi midi (nos paniers de l'Amap, nous les cherchons le mercredi soir), mais suffisamment pour une assiette automnale et complète très appréciée par les miens ! 
Vous pouvez bien entendu utiliser ou ajouter d'autres légumes, ce sera très bon aussi !

Le joli plat est une création de la poterie Lehmann à Soufflenheim dans le cadre du projet Formes de rencontre (pour en savoir plus, vous pouvez lire cet article), le petit bol est un des classiques de la poterie Friedmann, toujours à Soufflenheim !
Les petites fleurs ont été cueillies par ma Judith !

Pour 4 personnes
* environ 150 g de pois chiches pesés crus, trempés une nuit, rincés, et cuits dans une bonne quantité d'eau avec une pincée de bicarbonate et quelques graines de cumin, de fenouil, un peu de thym pendant environ 1 h
* environ 150 g de semoule (ici, une version à base de riz pour éviter le gluten)
* 1 belle poignée de raisins secs
* un peu d'huile d'olive
* 1 oignon
* 2 gousses d'ail
* 1 cuillère à soupe de ras-el-hanout
* 1/2 potimarron de taille moyenne
* 6 carottes
* 2 branches de céleri
* un peu de sel et de poivre
* 75 cl d'eau (on peut aussi utiliser du bouillon de légumes)
* 1 cuillère à soupe de harissa Alélor


Dans une grande casserole, faire revenir l'oignon et l'ail émincés dans un peu d'huile d'olive. Ajouter le ras-el-hanout et bien mélanger.
Ajouter le potimarron, les carottes et le céleri branche coupés en morceaux (ne pas hésiter à varier les découpes) et faire revenir quelques minutes, en mélangeant bien pour bien enrober les légumes avec le ras-el-hanout.
Verser l'eau, saler, poivrer et laisser cuire à couvert, à feu moyen, pendant environ 15 minutes.
Ajouter les pois chiches et laisser cuire à feu doux pendant encore une dizaine de minutes.

Verser la semoule dans un saladier, ajouter les raisins et un peu de bouillon de cuisson des légumes afin de la faire gonfler en lui donnant un maximum de saveurs.

Mélanger la harissa avec un peu de bouillon, en fonction de votre goût pour les saveurs puissantes !

Servir la semoule avec les légumes. Laisser chaque convive adapter la quantité de harissa à son palais !


26/09/2020

Pâtes au coulis de poivrons rouges (amap, sans gluten, vegan)

Une très chouette recette inspirée par le nouveau livre de Clémence Catz Pasta Vegan dans la collection En cuisine avec Marie Laforêt chez Solar Editions.

Je suis toujours un peu hésitante avant d'acheter un livre de cuisine parce que bon, comme vous pouvez le constater si vous vous baladez un peu par ici, des idées, ce n'est pas ce dont je manque !!

Mais de temps en temps, j'aime bien me faire ce petit plaisir quand même ! 
Parce que ça permet de soutenir le travail d'un auteur/ créateur / illustrateur/éditeur... et puis ça renouvelle un peu les inspirations !

Bon clairement, la cuisine de Clémence Catz est dans la même veine que la mienne, du coup, c'est pratique, j'ai souvent les ingrédients de ses recettes et je sais aussi comment je peux les adapter en fonction de mes envies/stocks du moment !

C'est vraiment un joli livre que je vous recommande : j'ai envie de tester de nombreuses recettes et les photos sont super belles !

Affaire à suivre donc (j'ai pas mal de choses à cuisiner entre le quotidien, les livres en cours, les partenariats...) et pour commencer et faire honneur aux magnifiques poivrons de notre Amap, une recette de pâtes au coulis de poivrons.


Pour 4 personnes
* 4 beaux poivrons
* 2 gousses d'ail
* 3 cuillères à soupe de vinaigre balsamique
* 40 g de purée d'amande blanche (dans la version de Clémence Catz) ou 1 cuillère à soupe de purée de tournesol  + 2 cuillères à soupe d'huile d'olive (dans ma version, histoire que mon grand garçon puisse la goûter aussi !)
* 2 cuillères à café de jus de citron
* 1 pincée de piment d'Espelette
* environ 350 g de pâtes (ici, sans gluten)
* quelques feuilles de basilic ou de persil (la cuisine, c'est aussi s'adapter aux moyens du bord !)
* un peu de sel et de poivre
* 2 cuillères à soupe de graines de tournesol

Laver les poivrons. Les disposer sur une plaque chemisée de papier cuisson, avec les deux gousses d'ail.
Passer les poivrons sous le grill du four en les tournant de temps en temps, jusqu'à ce que leur peau devienne noir.
Les placer dans un sac hermétique (sans les gousses d'ail) fermé et laisser reposer durant une heure.
Enlever ensuite la peau, les pépins et les parties blanches des poivrons.
Mixer les poivrons avec la pulpe d'ail prélevée dans les gousses, le vinaigre, la purée de tournesol, l'huile d'olive, le jus de citron, le piment, un peu de sel et de poivre, afin d'obtenir une crème bien lisse et onctueuse.

Faire cuire les pâtes comme indiqué sur le paquet.
Egoutter, remettre dans la casserole, puis y verser la sauce aux poivrons qui va se réchauffer au contact des pâtes.
On peut aussi servir les pâtes et le coulis froid, en mode salade de pâtes !

Servir avec les graines de tournesol légèrement toastées, quelques feuilles de persil et un filet d'huile d'olive.




25/09/2020

Quetsches lactofermentées (Alsace)

Une tentative de lactofermentation de quetsches, lancée après avoir dîné dans le délicieux restaurant de Thierry Schwartz au mois d'août (il avait lactofermenté des fraises et des cassis, c'était intéressant et savoureux !).
Comme j'avais rapporté pas mal de quetsches de notre cueillette alsacienne, j'ai eu envie d'en tenter une version inédite en lactofermentation.

Quelques quetsches dénoyautées et coupées en deux, des graines de cumin, quelques grains de poivre, un peu de gingembre frais en petits morceaux et un mélange composé de 30 cl d'eau et de 10 g de sel marin, le tout dans un bocal qui se ferme hermétiquement et qu'on oublie pendant environ 3 semaines...

Verdict, on sent bien la quetsche, c'est moins sucré et plus vinaigré, un peu pétillant et très chouette avec un peu de feta émiettée et de pain au levain au noix !

Sinon, et ça n'a rien à voir, mais un peu quand même !! Je ne peux plus faire grand chose sur Instagram en ce moment, mon compte semble bloqué, j'essaie de résoudre le problème, mais je crois que ça ne dépend pas de moi...donc je continue à pouvoir apprécier vos jolies publications, mais je ne peux pas vous le montrer ! 
De même, je n'arrive pas ajouter de légende ni de référencement à mes photos...bref, je vais être patiente en attendant !



24/09/2020

Salade céleri, pomme, cornichons (Alsace, salade)

Beaucoup de simplicité avec cette petite salade !
Et qui dit simplicité, dit bons produits ! 
Céleri et pommes bio de notre coin et cornichons aigre-doux de la gamme bio de la marque alsacienne Alélor.

Ce sont de gros cornichons que Judith et Augustin adorent depuis qu'ils sont petits (et nous aussi, en fait !). 
Du coup, je suis super contente du pot envoyé par Alélor dans le cadre de notre petite collaboration !

Cette salade peut servir d'accompagnement et être mangée en tant que telle.
Vous pouvez aussi l'ajouter à une céréale ou une légumineuse cuite au préalable : mélangée à du quinoa, du sarrasin, du petit-épeautre, du riz, des lentilles, des haricots blancs, ce sera délicieux !

Sur une belle tranche de pain au levain légèrement toastée, avec pourquoi pas un peu de chèvre frais ou de purée d'amande blanche en base, je vous le recommande aussi : c'est d'ailleurs proche d'une recette qui se trouve dans mon livre L'Alsace végétale.

Avec les feuilles de céleri et si vous avez un extracteur de jus et encore quelques pommes et pourquoi un peu de citron et/ou de gingembre, vous pouvez réaliser un jus à la saveur plutôt corsée !

Le joli plat est une création de la poterie Friedmann à Soufflenheim.
Le magnet de la maison alsacienne est un dessin de Guy Untereiner.

Et les photos plat fini et ingrédients ont été prises à deux moments différents (j'assure le quotidien d'une vie de famille entre temps et du coup les petits moments shooting photos se font entre le coup d'aspiro, la machine à étendre, les devoirs des kids...), ce qui explique la tonalité un peu différente !

Pour 4 personnes, en accompagnement
* 1 petit céleri rave
* 1 pomme
* quelques cornichons aigre-doux
* 3 cuillères à soupe de la saumure des cornichons
* 2 cuillères à soupe d'huile de colza
* 2 cuillères à soupe d'huile d'olive
* le jus d'un demi citron
* un peu de sel et de poivre


Eplucher le céleri. Le couper en petits dés.
Couper la pomme en petits dés.
Couper les cornichons en petits dés.
Mélanger le céleri, la pomme et les cornichons. Si vous avez les feuilles du céleri, vous pouvez en émincer quelques unes.
Assaisonner avec le vinaigre des cornichons, les huiles, le jus de citron,  un peu de sel et de poivre. Goûter pour ajuster à votre goût.
C'est prêt !


22/09/2020

Tartines pesto ail des ours, potimarron rôti, tomates, graines de courge (Alsace, vegan)

Je commence une petite ronde de recettes à base des produits de la gamme bio de la marque alsacienne Alélor.

Vous le savez, ce blog est très indépendant dans sa démarche, quand j'évoque une marque, un artisan, un produit, c'est que je suis vraiment convaincue par sa qualité.

Les produits de la gamme bio Alélor, je les utilise souvent : j'en fais un petit stock - notamment du raifort et des cornichons - quand nous sommes de passage en Alsace (ils sont vraiment bien distribués, en supermarchés, dans les magasins bio, dans les très jolies halls du marché du centre ville de Colmar...) et j'ai beaucoup de plaisir à les utiliser dans ma cuisine du quotidien, histoire d'y ajouter une petite touche alsacienne !

Dans mon livre, L'Alsace végétale, vous pouvez d'ailleurs retrouver quelques recettes à base de raifort et autres cornichons !

Je suis donc ravie d'avoir reçu un paquet de produits offerts par la marque Alélor avec quelques petits pots à tester !

Productrice de moutarde depuis 1873, la marque a toujours cherché à maintenir la qualité de ses produits, avec des recettes traditionnelles, tout en s'adaptant aux évolutions culinaires en proposant de nouveaux produits.
Alélor est un contraction des noms des deux régions Alsace et Lorraine.
La maison Alélor est située à Mietesheim, dans le Nord de l'Alsace, pas très loin de Haguenau (le fief de mon chéri !) : c'est la dernière fabrique de moutarde douce en Alsace et l'unique entreprise française de transformation de racines de raifort.
Elle travaille en respectant des axes qui me sont chers : la qualité des produits, l'aspect social (conservation de l'emploi en zone rurale, soutien de l'agriculture locale) et la préservation de l'environnement (le raifort est produit à proximité de l'usine, réintroduction de la graine de moutarde en Alsace, tri des déchets, panneaux solaires, salariés qui vivent dans les environs...).

Voici donc ma première recette, en mode "transition entre le printemps (avec l'ail des ours) l'été (avec les tomates) et l'automne (avec le potimarron)", des tartines toutes simples, pleines de saveurs et de couleurs !

Les légumes sont ceux de notre Amap et d'une ferme près de chez nous, la très belle assiette est une création de la céramiste de l'atelier And the days after, le petit ramequin qui accueille le délicieux pesto à l'ail des ours est une pièce de la poterie Wehrling à Soufflenheim (dans le cadre du projet Formes de rencontre dont je vous avais parlé dans cet article) et le pain est fait maison par mon amoureux qui boulange sérieux en ce moment !

Ce pesto d'ail des ours est délicieux, parole de connaisseuse ! Mon Papa en est un grand cueilleur et j'en ai souvent mangé étant petite fille et adolescente. 

On peut bien entendu préparer son pesto maison quand c'est la saison et si on s'y connaît un peu en cueillette sauvage, mais si on a une envie de soudaine de cette petite herbe au goût que j'aime tant, alors cette préparation de la marque Alélor est vraiment chouette !

En tartine, avec des pâtes (des spaetzle juste revenues avec quelques cuillères de ce pesto, miam, j'imagine le délice...et je fais encore ma petite pub : il y a pas mal de recettes de pâtes alsaciennes dans mon livre qui iraient très bien avec ce pesto !), sur une tarte flambée (pareil, vous trouverez de l'inspiration dans mon Alsace végétale !), avec quelques pommes de terre à la vapeur ou en salade, bref, il y a de quoi se régaler !!

Pour 4 personnes
Pour le potimarron rôti
* 1/2 potimarron de taille moyenne
* un peu d'huile d'olive
* un peu de sel et de poivre
* quelques herbes de Provence
* un peu de curcuma (ou autres épices au choix)
Pour le reste de la garniture des tartines
* quelques jolies tomates
* quelques graines de courge
* quelques tranches d'un bon pain au levain ou d'un pain sans gluten si vous y êtes sensibles



Préchauffer le four à 200°.
Couper le potimarron en morceaux de taille assez homogène, sans enlever la peau. Les disposer dans un plat allant au four.
Arroser d'un peu d'huile d'olive, saler, poivrer et épicer à votre convenance.
Enfourner pour 30 minutes environ, en mélangeant une fois ou l'autre, avec délicatesse.

Toaster les graines de courge dans une poêle durant quelques minutes afin d'en développer les saveurs.

Vous pouvez faire toaster légèrement le pain si vous le souhaitez, ou pas !
Tartiner avec le pesto (il en restera sans doute un peu, en fonction de la taille des tranches de pain et de l'épaisseur tartinée !!), puis disposer les morceaux de potimarron, les tomates en rondelles et les graines de courge.
Arroser d'un filet d'huile d'olive, donner quelques tours de moulin à poivre et se régaler !